Journal de Tanzanie

12 janvier 2008

 


http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/d/d7/Muybridge_horse_gallop_animated_2.gif

En route pour

 

Aventures équestres

Guide de safari en Afrique du Sud

Les vallées du Zambèze et de la Luangwa

Dans l'Afrique resplendissante   Guide en Namibie

Voyage au Cap-Occidental   Sur les pistes du Zimbabwe 

Rêveries contemplatives en Afrique de l'Est

Les derniers édens d'Afrique Australe

Un printemps en Namibie

 

                                                         

                                                                                                        

                                                                                                                                         Chapitre I

 

 

L'Afrique a été relativement épargnée par l'extinction massive qui a fait disparaître tant d'espèces de grands mammifères dans l'hémisphère nord à la fin de la dernière glaciation, entre 13000 et 9000 ans avant J-C. La vie sauvage que l'on trouve de nos jours en Afrique subsaharienne a donc peu changé depuis plusieurs dizaines de millénaires.

Fascinant voyage dans le temps, un safari africain illustre assez bien la faune qui peuplait l'Europe il y a 120 000 ans, quand les hommes de Néandertal côtoyaient les lions des cavernes (panthera leo spelaea), les éléphants antiques (elephas antiquus), les rhinocéros de prairie (dicerorhinus hemitoechus), les hippopotames européens (hippopotamus antiquus) ou les hyènes des cavernes (crocuta crocuta spelaea).

De nos jours, plusieurs millions de touristes passent chaque année leurs vacances dans les sanctuaires africains. Ces citadins du monde entier viennent découvrir une nature vierge qui est devenue rare sur notre planète. Sublimées par les livres et les reportages télévisés, les fresques traditionnelles que chacun recherche en Afrique incarnent la beauté émouvante du monde sauvage : comme aux temps préhistoriques, quand la Terre étaient encore préservée de la catastrophe humaine, les lions halètent à l'ombre des fourrés, les guépards scrutent l'horizon sur leur termitière, les léopards se reposent sur les branches des arbres, les gnous paissent dans les savanes en vastes troupeaux, les éléphants profilent leurs ombres majestueuses devant le soleil couchant...

Epargnée par les clôtures, la Tanzanie a pu conserver jusqu'à nos jours sa beauté sauvage qui la rend si envoûtante. En dépit de la pression démographique, ce pays protège plus d’un tiers de son territoire, un effort auquel ont consenti bien peu d'autres nations... 

 

Safari

 

Parc National Tarangire.

   DSC00370   

Zèbres de Grant .

DSC00418 

Elephant_Hide 

DSC00431

Un couple d'autruches massaï. Le mâle est à droite, reconnaissable à ses plumes noires et blanches, tandis que la femelle à gauche a le plumage gris-brun.

DSC00425

Peau_de_z_bre_de_Burchell

DSC005012A

Leopard_skin

DSC00388

Vervet.

DSC00450

Le dik-dik de Kirk est une petite antilope qui ne pèse pas plus de 5 kg.

DSC00391

Rhino_Hide

DSC00474

 Girafe masaï.

DSC00487

Wildebeest_Hide 

DSC00398

Le Tarangire est surtout connu pour ses éléphants. Leur population a souffert du braconnage dans les années 1980, puis d'une période de sécheresse en 1994. La natalité a repris à partir de 1996, ce qui explique que les éléphants du parc soient généralement assez jeunes (20 ans en moyenne). Ils sont à présent en surpopulation par rapport aux ressources du Tarangire, ce qui entraîne d'importants dommages sur la végétation, notamment sur les baobabs dont les éléphants arrachent l'écorce spongieuse qui les désaltère : l'arbre est ensuite attaqué par les termites, ce qui peut créer un énorme trou au milieu du tronc...

DSC00366

Plutôt que de s'abreuver dans un ruisseau chauffé par le soleil, cet éléphant préfère puiser l'eau fraîche qui stagne sous le sable. Il peut ainsi absorber jusqu'à 200 litres d'un coup, l'équivalent d'une grande baignoire.

DSC00455

Giraffe_Hide

DSC00375

                                                            Tarangire_stamp

 

DSC00668

Préparatifs d'une chasse aux oiseaux avec les Hadza, un petit peuple d'à peine 2000 personnes qui continue de vivre à l'ère du Paléolithique dans la région du lac Eyasi.

DSC00571

DSC00604

DSC00570

DSC00572

Les Hadza (appelés aussi Hadzabe, Kindiga, Tindiga, ou Wakindiga) sont des survivants de l'âge de pierre. Tandis qu'au Proche-Orient de petites communautés humaines abandonnaient le nomadisme il y a 12 mille ans pour adopter un nouveau mode de vie basé sur l'agriculture et l'élevage, les Hadza ont continué à mener leur existence de chasseur-cueilleur jusqu'à nos jours en restant coupés du monde et de ses évolutions...

DSC00606

DSC00621

Les Hadza excellent dans l'art de la survie. Allumer un feu ne leur prend que 30 secondes en frottant deux bouts de bois. Ils connaissent les plantes qui soignent, dorment à même le sol dans des huttes de paille ou à la belle étoile, et savent trouver leur nourriture dans un environnement hostile (baies, tubercules, miel des ruches). Malgré la chaleur, ils boivent très peu, ce qui ne les empêche pas de marcher vite et longtemps si nécessaire. Par la suite, j'ai eu l'occasion de voir que les Masaï aussi étaient de vrais dromadaires...

 DSC00632

DSC00610

DSC00642 

DSC00628

DSC00659

Par leur langage à clics (claquements de la langue sur le palais), les Hadza sont rattachés aux Khoisan, un groupe linguistique très ancien auxquels appartiennent également les Bushmen du désert du Kalahari, en Namibie et au Botswana.

Pour le gros gibier, comme les zèbres ou les impalas, les Hadza utilisent des flèches empoisonnées.

DSC00657

Les Hadza se sont toujours dérobés aux tentatives de sédentarisation du gouvernement tanzanien. Ils ne supportent pas ce mode de vie, tombent malades et finissent par repartir dans la brousse. Ils n'ont ni chef ni droit coutumier, et changent sans cesse de camp en fonction du gibier. Ils dédaignent tout projet d'avenir, ne vivent que dans le présent, et ne consacrent jamais plus de quelques heures au travail... Ce sont en quelque sorte les derniers vrais hommes libres.

DSC00645

DSC00660

DSC00776

Chez les Datoga...

DSC00676

DSC00687

DSC00695

DSC00692

Sur les rives du lac Eyasi.

DSC00717

DSC00730

DSC00766

Bananeraie près de Mangola.

DSC00737

Une boucherie de village.

DSC00761

Tanzanie__131_

DSC00849

DSC00854 

Mante religieuse.

DSC00799

Marché de Karatu.

DSC00815

Les rapports avec les Tanzaniens ne sont pas toujours simples. Pour eux, un Muzungu (un Blanc) est forcément riche, et quand on se promène dans la rue les sollicitations sont incessantes. A la longue, cela devient fatiguant. Pour ne pas être trop importuné en ville, il faut marcher d'un pas décidé en regardant loin devant soi.

DSC00814

Ngorongoro_stampNgorongoro_stamp 

A l'entrée du cratère du Ngorongoro.

DSC00875

DSC00859

Il faut se méfier des babouins qui prennent toutes les audaces pour chaparder de la nourriture dans les poches, les sacs ou même les véhicules. S'ils vous dérobent un objet, vous pouvez vous dire qu'il est perdu pour de bon. Il vaut mieux en effet éviter la morsure car les crocs de ces primates sont plus longs que ceux d'un léopard...

DSC00864

Tanzanie__141_

Le cratère du Ngorongoro est une immense caldeira de 20 km de diamètre. Cet ancien volcan qui était peut-être plus haut que le Kilimanjaro s'est effondré il y  a 2,5 millions d'années après que tout l'intérieur de sa chambre magmatique ait été projeté sur les plaines environnantes par des gaz d'éruption, formant ainsi la couche supérieure de l'actuel parc du Serengeti.

Crat_re_Ngorongoro

Oskar Baumann est le premier européen à avoir atteint le cratère en 1892, à l'époque où ce territoire faisait partie de l'empire colonial allemand sous le nom de "Deutsch Ostafrika". Le Ngorongoro donne sans doute un bon aperçu de la beauté originelle de l'Afrique orientale quand elle était encore vierge de toute destruction...

DSC00891

Le cratère fait partie d'un vaste ensemble, la zone de conservation du Ngorongoro, qui a été créé en 1959 pour des usages multiples : il fallait à la fois sauvegarder la faune exceptionnelle de cette région tout en permettant les activités pastorales des Masaïs, et protéger le site archéologique de la gorge d'Olduvai où les époux Leakey venait de découvrir le crâne d'un australopithèque vieux de près de 2 millions d'années.

DSC00907

DSC00915

 Rhinocéros noir.

DSC00947

DSC00949

DSC00957

De la cinquantaine d'espèces anciennes de rhinocéros, seules 5 ont subsisté jusqu'à nos jours : les rhinocéros blancs (20 405 spécimens recensés en 2012, source IUCN), les rhinocéros noirs (5 055 spécimens en 2012, IUCN), les rhinocéros indiens (3 333 spécimens en 2012, IUCN), les rhinocéros de Sumatra (moins de 100 en 2012, IUCN) et les rhinocéros de Java (58 spécimens en 2014, Save the Rhino)...

DSC01032

Contrairement à ce que l'on pourrait penser, les zèbres sont noirs à rayures blanches, et non l'inverse ! En effet, le foetus du zèbre est totalement noir, et les rayures blanches n'apparaissent que tardivement dans son développement, par inhibition de la mélanine.

DSC01037

Hippopotames.

DSC01044

Gnous occidentaux à barbes blanches.

DSC01025

DSC01030

DSC01021

DSC01048

Il y a peu, j'ai vu un reportage de National Geographic au Zimbabwe où deux naturalistes filmaient des lions en les approchant à pied. Quand ils se faisaient charger par les fauves, ils s'efforçaient de garder un air impassible. Un seul pas en arrière et c'était la mort. Aussi invraisemblable que cela puisse paraître, les lions s'arrêtaient à quelques mètres d'eux puis rebroussaient chemin.  Même des lionnes rendues très agressives par la présence de leurs petits finissaient par déguerpir en voyant que leurs charges n'avaient aucun effet.

cap003

Les fauves suivent naturellement leur instinct de prédation et de poursuite si l'on prend l'attitude d'une proie. Face à un lion, vous signerez votre arrêt de mort en vous retournant pour fuir. Vous auriez plutôt intérêt à rester imperturbable devant lui, ce qui vous laisse une chance de l'impressionner, à condition bien sûr de ne pas l'avoir rendu furieux au préalable, en le blessant avec une arme à feu par exemple.

Un proverbe africain conseille très justement ceci : "Ne quitte jamais le regard du lion, mais ne croise jamais celui du léopard". De fait, les lions sont les seuls félins véritablement sociaux. Ils possèdent donc naturellement des comportements de soumission face à un individu dominant : on le voit notamment dans les cirques où le dompteur parvient à faire obéir des fauves de plus 200 kg avec un fouet, du calme et de l'autorité. Le léopard étant un félin solitaire, il sait qu'il ne doit compter que sur lui-même pour survivre. Son caractère est donc plus irascible et imprévisible que celui du lion. Un regard défiant ne le fait pas douter, mais a plutôt tendance à le rendre furieux.

Garder son sang froid en cas de danger de mort n'est pas à proprement parler une réaction normale puisque les décharges d'adrénaline de notre corps ont pour but de mettre tous nos sens en éveil afin d'optimiser notre instinct de survie. C'est ce calme justement qui surprend et inquiète le lion. Lui qui est au sommet de la chaîne alimentaire, il n'a pas pour habitude d'être défié. Lorsque cela peut arriver avec un buffle ou un éléphant, dans le doute il préfère généralement battre en retraite. Même un ratel, petit blaireau africain, peut décontenancer un lion par son agressivité et son courage légendaire.

Il m'est arrivé un jour de me retrouver à quelques mètres d'un lion dans le parc de Lhane, au Swaziland. Il avait une magnifique crinière d'or. Nous n'étions séparé l'un de l'autre que par une simple clôture de 2 mètres de haut que le fauve aurait facilement pu sauter. Le lion me regardait droit dans les yeux, accroupi dans l'herbe en position de chasse, et de temps en temps, il jetait des regards appuyés sur le sommet de la clôture, comme si à chaque instant il s'apprêtait à bondir. La gorge sèche et les jambes tremblantes, j'ai regagné mon véhicule à une centaine de mètres de là. Je reculais lentement en lui faisant face, et je voyais que mon calme désamorçait son instinct de chasse. Plus je restait immobile, plus il s'apaisait. Je suis persuadé que si je lui avais tourné le dos en courant, il aurait sauté la clôture pour m'attaquer.

En résumé, le lion est un prédateur opportuniste qui préfère tuer quand toutes les chances sont de son côté. Il est impressionnable et peut être déstabilisé par un comportement inhabituel, comme l'absence de fuite. Son but est de terrasser sa proie sans se blesser, ce qui pourrait être fatal pour lui par la suite. C'est pourquoi il préfère attaquer sa proie de dos, quand elle est plus vulnérable.

Il est parfois étonnant de constater combien les lion peuvent être couards lorsqu'ils sont surpris. J'ai pu en faire l'expérience un jour au parc Kruger lorsque j'y étais guide de safari. Depuis plusieurs décennies, les lions de ce parc ont rarement l'occasion d'observer la bipédie des êtres humains car il est formellement interdit aux visiteurs de sortir de leur véhicule hors des camps clôturés. J'ai ainsi vu une meute de 20 lions se disperser en une seconde, effrayés par l'apparition inhabituelle d'un homme debout, sorti de son 4x4. Ce genre d'expérience cependant ne fonctionne plus la nuit, car le fauve reprend l'avantage de la surprise dans l'obscurité. En Afrique de l'Est, les lions se méfient des Maasaï armés de lance, car ils en comprennent instinctivement tout le danger. Il faut dire qu'au Kenya ou en Tanzanie, les bergers n'hésitent pas à tuer les lions qui s'attaquent à leur bétail, bien que cela soit illégal. J'ai acheté un javelot maasaï au Kenya, c'est une arme redoutable dont la lame est affûtée comme un rasoir.

DSC00969

Il est assez courant de voir les phacochères s'agenouiller pour brouter l'herbe.

DSC01014

DSC01019

La forêt de Leraï, sur la route menant à la sortie du cratère du Ngorongoro.

DSC01064

DSC01058

Simba campsite, au sommet du cratère du Ngorongoro.

DSC01078

Les pentes du cratère sont souvent brumeuses au petit matin. Bien que l'on soit tout proche de la ligne de l'équateur, les nuits sont assez fraîches car le camp est tout de même à 2300 m d'altitude, c'est-à-dire deux fois plus haut que Chamonix...

Africa_Safari

La  gorge  d'Olduvaï  où,  depuis  1913,  ont  été  découvert  une  cinquantaine d'ossemenents d'hominidés qui datent de 2 millions d'années pour le plus ancien, ainsi que des traces de pas humains qui remonteraient à 3,8 millions d'années.

DSC01080

2000_Shillings

Naabi Hill Gate, entrée sud du Parc National du Serengeti.

DSC01093

Lézard Agama.

DSC01098

Spréo superbe.

DSC01105 

Bubale de Coke.

DSC01119A

DSC01115

Les paysages du Serengeti sont parsemés de "kopjes" (prononcer copiz). Ce terme afrikaans qui signifie "petite tête" désigne les formations de rochers qui se dressent de temps en temps dans la savane africaine. Les kopjes sont des endroits appréciés des lionnes et des guépards qui peuvent y repérer leurs proies ou y cacher leur progéniture, des babouins qui y trouvent une végétation plus variée qu'ailleurs, ainsi que de toute une petite faune de serpents, lézards, rongeurs et oiseaux.

DSCN3838

Le nom de Serengeti vient du terme masaï "siringet", qui signifie "plaine sans fin". La zone du nord offre un paysage de sous-bois très différent de la partie sud, où les arbres sont rares.

Pimbi Camp, au centre du Serengeti, à la tombée du jour.

DSC01136

Ma tente était tout au fond du camp (la troisième en partant de la droite). Vers 1h du matin j'ai été réveillé par un herbivore qui broutait à quelques mètres de moi. Je me suis alors rappelé qu'avant de me coucher j'avais vu un buffle qui se tenait sous un acacia à 200 de mètre de là. Sachant que cet animal est très imprévisible et qu'il charge facilement, même sans être menacé, il n'était pas question de mettre le nez dehors pour l'observer.

A vrai dire, quand une des  filles de la tente d'à-côté avait découvert un serpent dans les douches en fin de soirée, je m'étais déjà dit qu'aller aux toilettes pendant la nuit pouvait être une entreprise risquée. Mais quand j'ai soudain entendu un lion rugir dans le lointain, j'ai réalisé que j'avais été quelque peu insouciant de monter sur le rocher d'où j'ai pris la photo du camp au crépuscule. Un guide m'avait interpellé du haut de mon perchoir pour me dire de revenir au plus vite et me montrer ce panneau :

DSC01308

Dans la tente, j'ai alors secoué mon frère qui dormait à côté de moi, et nous avons écouté les rugissements sourds du fauve : mmmmwwau  mmmmwwau... Puis vinrent les hurlements rauques des hyènes : Auuuuu-hou  auuuuu-hou... Enfin les aboiements plaintifs des zèbres : Kwa-ha-ha  kwa-ha-ha  kwa-ha-ha...  Et parmi tout cela, en fond sonore, les beuglements de centaines de gnous qui  passaient par là et se répondaient les uns les autres, comme pour se rassurer dans la nuit : mmm-han  mmm-han... 

DSC01156

Lors d'un séjour dans l'Ouest canadien, j'avais pu constater que les campements en forêt étaient entourés de fils électrifiés pour éviter les problèmes avec les grizzlis qui sont très facilement attirés par la nourriture. Il en va bien autrement au Serengeti, où l'on dort au milieu de la savane sans aucune protection.

En Europe, nos ancêtres ont éliminés presque tous les animaux dangereux qui rôdaient autour d'eux. Nous sommes maintenant habitués à cette nature domptée et ne pourrions plus en envisâger d'autre, trop heureux de pouvoir déambuler dans les forêts et les montagnes sans avoir à craindre les prédateurs.

Une nuit dans le Serengeti est une expérience intérieure qui remet en cause ces certitudes et rappelle combien l'Homme fut jadis un petit être fragile, terrifié par la nature hostile qui l'entourait. Quand bien même on se persuaderait de l'évidente supériorité de notre intelligence et de l'efficacité de nos machines à tuer, le rugissement sourd et lointain du lion dans la nuit fait resurgir des peurs ataviques. A armes égales, nous autres humains ne sommes plus que des petits cochons sans défenses, et notre vulnérabilité apparaît soudain consternante.

Passé le moment de stupeur, un phénomène étrange prend corps : la puissance de la bête inspire le respect, et la crainte se change en fascination... Nos ancêtres troglodytiques ont peut-être ressenti la même admiration envers les animaux de leur époque en les peignant sur les parois de leurs grottes. Les lions, mammouths, rhinocéros, hyènes, aurochs et chevaux sauvages devaient présenter le spectacle étonnant d'une Europe très africaine.

Rollier à longs bruns.

DSC01176

Daman des arbres.

DSC01209

"Simba kushoto" : "lion à gauche" !

DSC01123

Pour échapper à la chaleur, il arrive aux lionnes de grimper dans les arbres. Sur cette photo, le lion dort à droite du tronc. Les mâles en effet sont trop lourds (et peut-être aussi trop paresseux !) pour monter dans les branches. 

DSC01187

DSC01182

Aux points d'eau, les herbivores sont toujours tiraillés entre la soif et la méfiance.

DSC01210

Près des cours d'eau pousse une végétation luxuriante qui contraste beaucoup avec l'aridité de la savane.

DSC01214

Girafe masaï.

DSC01253

Les crocodiles du Nil ont une croissance qui dure toute leur vie, et certains vieux spécimens de la Grumeti River peuvent atteindre 6m de long.

DSC01231

Retima Hippo Pool. Au loin, des éléphants traversent le lit asséché de la rivière.

DSC01278

DSC01280

Quand ils flottent à la surface de l'eau, les hippopotames poussent sans cesse par leurs narines de grandes expirations très sonores, un peu comme des baleines.

DSC01298

La savane est paisible aux heures chaudes de la journée. Les animaux sont plus difficiles à voir entre 10h et 16h car ils se cachent dans des endroits ombragés pour se reposer.

DSC01312

La grande migration des gnous qui font route vers le nord pour rejoindre le Masaï Mara, au Kenya.

DSC01315

Le parc du Serengeti constitue avec les réserves ou zones protégées qui l'entourent un vaste écosystème qui abrite la plus importante concentration d'herbivores au monde. 1,5 million de gnous, 200 000 zèbres et 300 000 gazelles de Thompson migrent toute l'année en fonction des pluies dans un mouvement circulaire d'environ 400 km à la recherche de nouveaux pâturages. Ces immenses troupeaux qui consomment 4000 tonnes d'herbe par jour peuvent parfois former des colonnes ininterrompues d'une quarantaine de kilomètres.

Pour visualiser la route de la grande migration, cliquer sur l'image.

          Migration           

DSC01322 

Durant cette migration, les cadavres profitent aux vautours et aux hyènes. Les charognards jouent un rôle fondamental dans le nettoyage de la savane en supprimant de possibles foyers d'infection.

DSC01326

5000_Shillings

En 1951, l'inquiétante diminuation de la faune a conduit à la création du Serengeti, premier parc national du Tanganyika (future Tanzanie). A cette époque, le directeur du Zoo de Francfort, Bernhard Grzimek, s'intéressait aux espèces menacées et sillonnait l'Afrique pour filmer la faune. Son documentaire "Le Seregenti ne doit pas mourir" (1959) eu un retentissement mondial et fut récompensé par un Oscar.

Serengeti_shall_not_die

Grzimek se noua d'amitié avec le président tanzanien Nyerere en le sensibilisant à la protection de la nature. Il a tracé la voie des missions actuelles de la Frankfurt Zoological Society, dont il fut le président pendant 40 ans jusqu'à sa mort en 1987. Ses cendres ont été enterrées près du cratère du Ngorongoro, aux côtés de son fils Michael qui avait perdu la vie dans un accident d'avion pendant le tournage du documentaire sur le Seregenti.

Bernhard_Grzimek

Une station d'essence au style plutôt minimaliste à Wasso.

DSC01343

DSC01341

Campement dans les montagnes Gol, en terre masaï.

DSC01349

DSC01351

Un groupe d'inséparables sur un euphorbe.

DSC01354

DSC01389

La Tanzanie est peuplée de plus de 120 ethnies différentes, mais 98% de ses 38 millions d'habitants sont des Bantous parlant le swahili. Les Masaï, qui sont eux d'origine nilotique (Ethiopie) et dont la langue est le Maa, constituent donc une infime minorité de la population, environ 300 000 personnes, alors que paradoxalement ils sont le peuple le plus emblématique de la Tanzanie.

DSC01411

Les Masaï ont généralement une attitude assez fière et ne semblent pas rechercher particulièrement le contact avec les étrangers. Drapés dans leur toge (nadgo) et chaussés de sandales, je leur trouve des airs de Romains. Les hommes portent d'ailleurs à la ceinture un grand poignard (mkuki) qui ressemble étrangement à un glaive.

DSC01393

Désertés à l'aube par les hommes et le bétail, les villages masaï (boma) sont régis par les femmes qui s'occupent d'entretenir les huttes, de traire les vaches et d'aller chercher de l'eau.

DSC01394

Les enfants sont élevés à la dure, et dès l'âge de trois ans, ils partent garder les troupeaux, pieds nus et armés de leur seul bâton de berger (rungu). Presque la moitié d'entre eux meurent du paludisme, de blessures infectées ou de morsures de serpents. Dans l'immense steppe au pied de l'Oldonyo Lengai, mon guide distribuait des bouteilles d'eau aux jeunes bergers qui accourraient en nous voyant nous arrêter. Cela paraissait les combler de joie, car ils ne doivent pas avoir grand-chose à boire dans la journée. Les Masaï qui survivent à l'enfance sont donc forts, et j'ai pu me rendre compte combien ils pouvaient être endurants à la marche et à la chaleur.   

DSC01390

DSC01386

Randonnée dans les montagnes pour aller assister à une messe masaï au village de Piaya.

DSC01397

DSC01415

DSC01421

DSC01417

DSC01424

Les Masaï sont très durs en affaire et demandent un dollar (voire 5 quand ils abusent) pour être pris en photo, laquelle perd alors toute spontanéité. Les meilleurs images que j'ai pu rapporter d'eux sont quasiment toutes des photos prises à leur insu. Ce n'est pas sans risque, car on s'expose à leur colère si l'envie leur en prend, mais généralement avec un petit billet vert ils retrouvent leur calme aussitôt. Leur courroux n'a donc rien à voir avec une quelconque croyance religieuse... D'une certaine façon, on peut comprendre qu'ils n'aient pas envie d'être photographiés comme des animaux en safari, mais ils prennent parfois des poses tellement élégantes qu'il est difficile de résister à la tentation... 

DSC01432

DSC01439

DSC01441

Les huttes sont fabriquées avec une armature en bois recouverte d'un mélange de terre et de bouse de vache. Ce torchis masaï a un bon pouvoir isolant, mais il attire les mouches !

DSC01467

Femmes masaï et leurs enfants, vers 1900.

DSCN3817

Des Masaï découvrent la musique d'un gramophone, en 1929.

Music_in_Africa_1929

Le mode de vie des Masaï n'a pratiquement pas changé depuis des siècles. Réfractaires à toute idée de sédentarisation, ils continuent à mener leur existence pastorale à l'écart des influences du monde moderne; seuls les tissus proviennent des marchés, où les femmes achètent également les perles de verre avec lesquelles elles confectionnent leurs colliers et autres bijoux.

Les nuits de la plaine masaï permettent d'admirer de superbes voûtes étoilées...

DSC01475

DSC01487

Les villages masaï sont toujours entourés d'une haie de branches épineuse destinée à protéger le bétail des lions ou des hyènes durant la nuit.

DSC01502

DSC01511

Les Masaï affûtent leur lance comme des rasoirs.  

DSC01514

Les chutes de Ngare Sero. 

DSC01571

Ces  chutes  d'eau  sont  d'autant plus  étonnantes  qu'elles  semblent sortir du désert, et les palmiers accrochés au falaises forment une oasis de verdure au milieu de ces montagnes arides. Derrière cette chute, la gorge se termine par un jacuzzi naturel où l'on peut se baigner. 

DSC01563

L'Oldonyo Lengai, la "montagne de Dieu" des Masaï.

DSC01574

DSC01611

Pour éviter la chaleur, l'ascension du volcan se fait de nuit, généralement en six heures. C'est une course très physique : elle ne nécessite pas de crampons ou d'encordement, mais les pentes sont extrêmement raides, et il n'est pas exagéré de dire qu'à mi-hauteur on doit grimper à quatre pattes et qu'on redescend sur les fesses !

DSC01601

Partis à minuit, nous arrivons une heure en avance sur l'horaire et devont attendre le lever du soleil dans une crevasse pour se protéger du vent : transis de froid, nous nous couchons à même le sol recouvert de soufre humide, au milieu des odeurs de fumerolles et recevons sur la tête des nuées de sable volcanique toutes les 10 mn ! Cela ne nous empêche pas pour pourtant de dormir, et notre guide masaï ronfle déjà une minute après s'être allongé !

DSC01616

Le sommet culmine à 2878 m et offre une vue sensationnelle sur les Gol Mountains, le lac Natron et la Rift Valley.

DSC01618

Les coulées de carbonate de sodium prennent une couleur blanche en se solidifiant, ce qui donne l'impression que le volcan est enneigé.

DSC01582

Twiga Lodge à Mto Wa Mbu.

DSC01641

 Parc National de Manyara.

DSC00235

Ce petit parc s'étend tout en longueur entre des montagnes escarpées et la rive nord-ouest du lac Manyara. Il offre des paysages intéressants de forêt équatoriale peuplée de calaos, de babouins et d'éléphants, ainsi qu'un bon point de vue sur des marécages où l'on peut observer des buffles, des hippopotames et des pélicans. Au fond du parc, dans les forêts d'acacias, on peut parfois surprendre un lion sur une branche, un comportement très inhabituel que l'on ne retrouve qu'au parc national Queen Elizabeth, en Ouganda.

Babouin (papion anubis).

DSC01647

DSC01676

Milan noir.

DSC01690

DSC01646

Marabout.

DSC01679

DSC01652A

DSC01701

Sacred_Ibis__South_Luangwa_NP__Zambia

Mbogani house, dans les environs de Nairobi (Kenya), où l'auteur de "Out of Africa", Karen Blixen, vécut de 1917 à 1931.

DSC01753

DSCN3788

Karen au milieu de ses employés kikuyu qu'elle a tant aimé (1930).

DSCN3783

cap001

cap004

cap005

cap008

cap010

Langatta Giraffe Center.

Tanzanie__327_

Giraffe Manor.

DSC01746

Construit en 1932 par Sir David Duncan, ce manoir a été racheté en 1974 par Jock Leslie-Melville, un kenyan d'origine britannique et sa femme américaine, Betty. Fondateur en 1972 de l'African Fund for Endangered Wildlife (AFEW), le couple a alors entrepris d'élever dans la propriété 5 girafes de Rothschild, une espèce extrêmement menacée puisqu'il n'en restait en tout et pour tout que 120 spécimens  vivant dans un ranch à l'ouest du Kenya. 

En 1979 était ouvert le centre actuel, Giraffe Center, destiné à sensibiliser l'opinion public à la sauvegarde de l'espèce. On peut y faire l'expérience étonnante de nourrir les girafes à la main.

A la mort de Jock en 1984, Betty a transformé son manoir en hôtel de luxe. Des célébrités telles que Marlon Brandon ou Mick Jagger ont séjourné à Giraffe Manor.

The David Sheldrick Wildlife Trust.

DSC01761

La fondation David Sheldrick, du nom d'un célèbre naturaliste à l'origine du parc de Tsavo, s'implique depuis sa création en 1977 dans un grand nombre de projets pour la conservation de la faune. Etablie dans l'enceinte même du Parc National de Nairobi, la fondation élève des éléphants et des rhinocéros orphelins pour les réintroduire dans la nature.

DSC01764

DSC01770

 

 

Paysage_du_Serengeti__Tanzanie

 

Les voyages commencent souvent sur un bureau, en regardant d'un air rêveur les cartes des atlas dont les noms exotiques enflamment l'imagination...

DSCN3856 

 

 

Pour continuer l'aventure :

 

Guide de safari en Afrique du Sud

Bannière

                                                                                                

                                                                

Posté par Emmanuel THERET à 22:58 - Commentaires [1] - Permalien [#]